Depuis quelques jours, les hôteliers de la région d’Ajaccio ont officialisé la rupture avec le géant de la réservation de nuits sur internet : booking.com.

Plutôt que de parler de véritable divorce, il serait plus opportun d’évoquer un bras de fer estival dans lequel l’association des hébergeurs professionnels du golfe d’Ajaccio et la plateforme de réservation américaine se sont lancés. Cela concerne pour l’instant uniquement les établissements du golfe d’Ajaccio et sur le mois d’août, mais la rébellion pourrait être plus forte encore.

Que reprochent les hôtels d’Ajaccio ?

Les griefs contre les OTA en général et booking.com en particulier ne sont pas nouveaux. Depuis longtemps, les hôtels insulaires comme leurs collègues continentaux reprochent à la plateforme des commissions trop lourdes, des conditions d’annulation trop favorables aux clients et des stratégies marketing « déloyales » ou trop agressives.

Mais la période actuelle, avec la crise sanitaire et les pertes économiques importantes engendrées par la Covid 19, tend encore plus la relation.
En effet, dès le début du confinement, les professionnels du tourisme ont alerté sur les risques majeurs pour leur métier. Très vite, des mesures gouvernementales ont été mise en place afin de permettre de gérer les annulations et les transformer en report afin de ne pas léser le client et maintenir un peu de trésorerie aux établissements.
Mais Booking.com aurait, d’après les hôteliers en colères, peu tenus compte de ces possibilités légales en France, en prenant systématiquement le parti de rembourser les clients, y compris sans obtenir l’accord de l’hôtel ! Cela se traduisait donc par une saisie des montants à rembourser sur les comptes booking de l’hôtel !

De fait, le « partenariat » devient plutôt soumission pour les hôteliers ajacciens, trouvant très peu de soutien dans la plateforme.
Ces actions entre mars et mai 2020, additionnées aux 17 à 20 % de commissions pris par la plateforme sur chaque réservation, et l’opacité de certains traitement ou classement ont fait voir rouge aux pros locaux.

Pas d’hôtels ajacciens en août sur Booking.com

Hotel La Pinede Ajaccio
Hôtel La Pinède

La réaction des hôteliers, réunis en association, a été de fermer les ventes du canal OTA Booking sur l’ensemble du mois d’août.
Ainsi, actuellement, une recherche sur la plateforme pour une chambre d’hôtel à Ajaccio en plein été ne donne aucun résultat.
Ou plutôt, n’affiche aucun hôtel. Car des résultats, il y en a beaucoup, et c’est là l’un des plus gros désaccord entre les professionnels et la plateforme.
Depuis quelques années, Booking.com s’est ouvert aux vendeurs non professionnels. Au fil des ans, les locations de villas, les appartements de particuliers, les gîtes mais aussi des hébergements non conventionnels ( tentes, bateaux, mobile home….) ont fait leur apparition sur le site.
Le nombre est aujourd’hui très impressionnant.

Booking VS Airbnb !

Il faut dire que Booking.com s’est vu concurrencer par une autre startup devenue licorne : AirBnB.
La plateforme proposant un accès très simple à des centaines de logements de particuliers augmente la visibilité de l’offre para commerciale.
Et c’est ainsi que les hôtels et les résidences de tourisme se sont retrouvés minoritaires dans des régions comme la Corse et le golfe d’Ajaccio.

L’association des hôteliers du Golfe d’Ajaccio

La fronde est donc portée par un collectif d’hôteliers du grand Ajaccio, réunis en association. Tous savent que pour avoir une chance de réussir, cette action doit être suivie par tous, afin de tenter de peser dans les négociations.
Et c’est le cas actuellement.
En faisant une recherche pour un séjour de 3 nuits à Ajaccio début août, la plateforme ne propose pas le moindre hôtel dans la cité impériale et sur l’ensemble du golfe.

Les hotels ajaccio contre booking
Pas d’hôtels ajacciens sur Booking.com en août

« 93 % des établissements ne sont pas disponibles sur le site aux dates demandées »

Bien sûr, l’ensemble de ces établissement sont toujours disponibles ( malheureusement d’ailleurs) sur leur site en direct, avec parfois des offres spéciales pour relancer la saison 2020 si morose.

La concurrence du para commercial

Par contre, bien sûr, apparaissent quelques logements privés profitant de l’aubaine pour remplir studios, appartements et bas de villas, ce que déplorent toujours les professionnels du secteur. Cette concurrence est d’autant plus criante cette année, avec la mise en place des mesures sanitaires liées au Covid-19. Les obligations imposées aux hôtels, campings et résidence de tourisme sont particulièrement lourdes à mettre en place et impacteront négativement le chiffre d’affaire. Alors que dans le même temps les locations privées ne sont pas soumises à ce type de contrôle !

Tous ensembles en Corse ?

Hôtel a piattatella - Ile Rousse
A Piattatella le bien nommé

La vraie question maintenant est de savoir si l’initiative ajaccienne va faire des émules en Corse. On peut imaginer que pour peser, il faudrait que l’ensemble des grandes zones touristiques insulaires soutiennent la démarche et ferment le canal de distribution, qui représente pour certains 60 à 70 % des réservations totales !
Si des régions comme Porto Vecchio et l’extrême sud, Calvi et toute la Balagne, mais aussi Bastia, Corté, Propriano etc. rejoignaient le combat ajaccien, la négociation serait peut-être plus équilibrée. Car pour l’instant nous sommes dans une réelle confrontation entre David et Goliath.

Crédit photos : Les Mouettes à Ajaccio – La Pinède à Ajaccio – A Piattatella Monticello